Entre maman poule et accompagnement de l’enfant vers l’autonomie

En cette nouvelle année 2020, il me prend l’envie de me remettre à écrire.

J’ai, depuis ma plus tendre enfance, pris beaucoup de plaisir à poser mes pensées et surtout mes réflexions sur le papier.

Depuis ma routine effrénée de maman IEFeuse très au foyer, et depuis ce don de soi constant envers mes enfants, ce plaisir d’écrire fut complètement étouffé.

Mais 2020: focus davantage sur Moi, en commençant par mes petits plaisirs!!

Je contextualise notre situation familiale:

A ce jours Suki à 12 ans, Nime 10 ans , Mimi 8 ans et notre petit dernier “Bébé renard” 4 ans!

Nous sommes dans notre 7 ème année d’Instruction en Famille.

En fait seule ma fille aînée a fait sa maternelle jusqu’aux premiers mois de son CP.

Mes filles ont été autonomes avec évidence et naturel sans forcer. Par contre pour mon garçon c’est différent. Il prend son temps pour tout, c’est quand il veut et quand la chose lui semble nécessaire qu’il va s’activer ; sinon cool la vie, faut pas le stresser le p’tit bonhome!

Je suis toujours rester zen et confiante, mais là quand même, je dois résister à une petite montée de stress qui me chatouille les narines!

Ai-je fait les choses différemment? Suis-je une maman différente car autre maturité, autre rythme, autre âge?

Il est vrai que je l’ai beaucoup couvé, beaucoup de cododo, allaitement long, beaucoup de bienveillance mais pas assez de fermeté!

Aurai-je du faire les choses différemment? Aurai-je dû être plus dure? en écoutant par exemple les conseils de ma belle-maman que j’affectionne beaucoup 🙂

Non, si c’était à refaire je ne changerai rien! je suivrai cet instinct de mère qui m’a permis de faire les bons choix et de répondre aux mieux aux besoins de mes enfants jusqu’à présent.

J’ai fait au mieux pour répondre à leurs besoins, je les ai sécurisé affectivement, émotionnellement, psychologiquement et  matériellement. A eux maintenant de se construire et de cheminer à leur rythme. Que ce rythme me convienne ou pas d’ailleurs! Je patienterai …

Je vais l’accompagner dans son développement, développer son capital confiance, préserver une estime juste de lui même. Je le regarderai faire ses propres expériences et en tirer ses propres leçons, et surtout je lui prouverai que s’il a besoin ou s’il tombe je serai là..

Sincèrement, Laïla