Le monde de montessori

PRINCIPES :

Le principe de la pédagogie Montessori repose sur l’éducation sensorielle de l’enfant. Dans la pédagogie Montessori l’éducation est considérée comme une « aide à la vie ». Elle forme des enfants, autonomes, et qui aiment apprendre.

C’est une pédagogie différenciée, particulièrement bien adaptée à des classes à plusieurs niveaux.
Des présentations individuelles, au sein d’un cadre collectif, permettent de respecter le rythme de l’enfant et ses centres d’intérêt, tout en bénéficiant de l’émulation du groupe.

Le travail proposé est donc présenté individuellement, dans un climat de non-jugement, de non-compétitivité et prend appui sur le besoin vital de l’enfant de grandir, d’apprendre et de « découvrir le monde ».

Maria Montessori a créé des matériels simples, scientifiques et attrayants, à partir desquels l’enfant construit son savoir, et ce, dans tous les domaines : langage, mathématiques, mais aussi botanique, géographie, histoire, zoologie, expériences physico-chimiques.

Chaque matériel illustre avec clarté toute nouvelle notion à acquérir, à apprivoiser, que ce soit en calcul, en grammaire, en géographie… D’ailleurs, bien des adultes sont eux-mêmes surpris de redécouvrir des concepts mal compris et qui les avaient rebutés au cours de leur scolarité.

L’objectif de ces différents matériels étant que l’enfant se familiarise, par lui-même, avec un apprentissage donné, dans le concret d’abord, pour cheminer ensuite, progressivement, vers l’abstraction.

image assoc 2

L’ENVIRONNEMENT :

L’ambiance Montessori ou « environnement préparé » est un lieu clair, vaste et harmonieux, pensé « à échelle d’enfant ». Pour que les enfants soient parfaitement autonomes, le mobilier comporte de petites tables et chaises, des étagères ouvertes et accessibles où se trouve le matériel. L’esthétique de l’environnement et du matériel est très importante car l’enfant est naturellement attiré par ce qui est beau.

L’enfant apprend par le mouvement, il est libre de se déplacer pour choisir une activité parmi celles qui lui ont déjà été présentées. Il travaille sur une table ou au sol, sur un tapis qu’il roule et déroule lui-même.

L’enfant choisi son activité et la répète autant qu’il le souhaite car c’est ainsi qu’il dépasse ses difficultés et que son développement propre est respecté.
En effet, pas de programme généralisé car chaque enfant est unique.

Le temps nécessaire à chacun pour intégrer, expérimenter, varie d’un enfant à l’autre, d’un moment à l’autre, d’un matériel à l’autre. Chacun a le temps de comprendre, d’approfondir, d’incorporer les connaissances à son rythme. C’est véritablement de la pédagogie différenciée.

Tout est pensé aussi bien dans l’environnement que dans l’attitude de l’éducateur pour que l’enfant ne soit pas interrompu dans sa concentration et qu’il soit autonome dans ses activités, selon le sens véritable de la pédagogie : « aide – moi à faire par moi-même ».

L’ordre et le respect des règles permettent à l’enfant de se sentir libre de créer et d’avancer, dans un cadre déterminé.

Le renforcement de la concentration durant les tâches spécifiques induites par le matériel, offre à l’enfant un ancrage et une sécurité intérieure propice à la construction dans la dignité de sa personne.

Lorsqu’il a terminé, il range son activité avant d’en prendre une autre. Il n’y a pas de désordre : les enfants se déplacent dans un but précis (pour aller chercher les activités qui correspondent à leur besoin du moment), ils sont libres d’observer leurs camarades mais ne doivent pas les déranger, ce qui impose contrôle du geste et de la voix.

L’absence de compétition et de comparaison dans l’organisation des apprentissages favorise le développement de la solidarité et de la tolérance. D’autre part, les enfants n’interrompent pas l’éducateur s’il est en train de faire une présentation, ils attirent son attention en posant leur main sur son épaule et s’adressent à lui en chuchotant.

Les enfants prennent eux-mêmes soin de l’ambiance (nettoyer les tables, passer le balai, arroser les plantes etc.). Ils disposent pour cela d’outils adaptés à leur taille.

11009217_10153159709423286_5441744452641379104_n
LE MATERIEL :

L’enfant a à sa disposition tout le matériel didactique spécifique mis au point par Maria Montessori. Ce matériel couvre l’ensemble des plans de développement.

Ce matériel sensoriel est donné à l’enfant comme une aide au développement de l’intelligence et de la main.
Il encourage l’autonomie dans tous les gestes de la vie pratique et le contrôle de soi.
Il stimule l’activité sensorielle (visuelle, tactile, auditive, olfactive, gustative) en travaillant les identités, les contrastes et les gradations.
Il participe également au développement des capacités intellectuelles (de la lecture, de l’écriture, des mathématiques etc.) en partant toujours du concret pour aller vers le concept et du concept vers l’abstrait, en cheminant du simple au complexe.

La difficulté des activités proposées augmente progressivement pour permettre à l’enfant de bien consolider chaque étape et de ne pas être mis en échec. On part toujours :
• De ce que l’enfant sait pour aller vers ce qu’il ne sait pas.
• Du simple au complexe.
• Du global au détail (démarche analytique Montessori).
• Du concret vers l’abstrait.

Pour chaque matériel :

• Il comporte un contrôle de l’erreur qui permet à l’enfant d’être émancipé du jugement de l’adulte. Il apprend ainsi à travailler pour lui-même et à s’ auto – évaluer. L’enfant se rend compte seul de ses erreurs et peut facilement les rectifier. L’auto-contrôle et l’absence de notes permettent ainsi la construction d’une bonne estime de soi.

• Chaque matériel se trouve en exemplaire unique, ce qui permet l’apprentissage de l’attente, du désir, de la patience, et donc du développement social dans la confrontation à l’autre. Ainsi, cela évite la compétition entre les enfants et favorise l’entraide, la solidarité et la tolérance.

• Il permet l’auto activité : l’enfant peut choisir le matériel.

A/ Le matériel de vie pratique
Le matériel de vie pratique est conçu pour faciliter l’acquisition de la confiance en soi et l’estime de soi. Il représente la vie de tous les jours, les aspects concrets du quotidien, ce qui est utile et qui rend la vie plus facile.
Son usage implique la répétition régulière des gestes du quotidien. Cet apprentissage progressif de l’autonomie est nécessaire à la construction de l’identité personnelle de l’enfant.
Grâce à la pratique de ce matériel, les enfants peuvent développer :
• La maîtrise du geste et du mouvement
• La finesse et la précision du mouvement

B/ Le matériel de vie sensorielle
C’est un matériel de développement. Il permet à l’enfant d’évoluer dans son environnement, de s’y situer, de le nommer et de se l’approprier.

Le travail sensoriel met en œuvre le travail de la main, les 5 sens et le travail de la pensée.
Il permet un développement physique, et un « raffinement des sens de l’enfant » c’est à dire apprendre à distinguer.

Trois points fondamentaux caractérisent ce matériel :
• rechercher les similitudes et/ou les différences, c’est à dire distinguer (par exemple les mises en paire)
• préciser les différences ou similitudes. L’enfant fait des graduations de couleurs ou de sons par exemple.
• généraliser ces perceptions. On nomme un rapport entre deux objets. Par exemple « c’est long », « c’est court ».

C/ Le matériel de langage et d’écriture
• Maria Montessori dit qu’on acquiert le langage grâce à « l’esprit absorbant ».

Les enfants ont une période sensible de 2 ans à environ 4 ans, où ils acquièrent du vocabulaire et l’enrichissent.

Puis de 4 ans et demi à 6 ans, ils sont sensibles aux écrits, signes et lettres.

On assiste à l’explosion de l’écriture vers 4 ans et demi / 5 ans.

• Grâce au matériel de langage (livre, lettres rugueuses, livret…) l’enfant aura confiance en lui pour s’exprimer, communiquer et pour rencontrer l’autre.

L’élaboration de sa personnalité se fait alors à travers l’expression du langage.
Les matériels logico-mathématiques

Ce matériel est construit sur des données scientifiques presque universelles : tables de Pythagore, système décimal, etc. Il est indépendant de la culture de l’enfant, à la différence du matériel de la vie pratique qui s’imprègne largement du milieu culturel de l’enfant.

L’objectif est d’amener les enfants à savoir compter de façon abstraite, c’est-à-dire à évaluer une quantité, à partir d’une base de départ qu’est l’unité.

Le processus se fait en trois étapes : on dénombre, on ordonne et on classifie.

Pour dénombrer, il faut avoir acquis la notion de l’unité qui est le représentant servant de repère au comptage.

D/ Le matériel de sciences
Le matériel scientifique est une extension du matériel basé sur le matériel sensoriel et la vie pratique. Il se réfère aux sens (surtout visuel et toucher), à l’observation des phénomènes physiques.

Y sont abordés les différents états de la matière et leurs transformations, les lois naturelles comme le magnétisme ou l’optique…

Il permet l’introduction à la démarche scientifique : l’observation – la déduction – le concept.

C’est-à-dire :
1 – Observer la réalité
Il y a toute une activité d’observation de l’environnement. L’enfant constate par lui-même et développe son esprit de recherche.
On part des éléments naturels qui se trouvent dans l’environnement : expériences pratiques et sensorielles.

2 – Déduire et conceptualiser à partir de ces observations
On classifie, ordonne, structure, modélise pour permettre à l’enfant d’acquérir une structure dans ces connaissances. On les organise.

3 – Ouverture sur la vie et son évolution

E/ En biologie:
L’ambiance créé un environnement dans lequel l’enfant va pouvoir faire des expériences de biologie ; tandis que le rôle de l’éducateur est de permettre à l’enfant d’observer et d’expérimenter.
Le matériel comprend des nomenclatures classifiées de botanique et de zoologie qui représentent une conceptualisation des connaissances. On étudie les caractéristiques communes à tous les mammifères, à tous les poissons, à tous les oiseaux, à tous les reptiles, à toutes les plantes.

F/ Le matériel de géographie:
Ce matériel permet à l’enfant d’explorer le monde qui l’entoure.
Les concepts qu’il développe sont essentiels pour l’orientation spatiale et l’histoire des relations entre les hommes.
Il a pour objectif d’aider l’enfant à développer un sens plus aigu de l’orientation spatiale.
De l’encourager à devenir plus conscient de son environnement grâce à ses propres recherches et découvertes, afin qu’il découvre le monde.
Il se présente de manière sensorielle, avec un vocabulaire précis. Il introduit le matériel de carte et permet de développer les sujets étudiés.

G/ Le matériel d’histoire:
La notion de temps et sa représentation est difficile pour les enfants. Pour Maria Montessori elle ne s’acquiert pas avant 7 ans. Avant cet âge, tous les évènements sont reliés à la vie quotidienne.

Ensuite on aborde :
• La naissance de l’univers et de la Terre, avec introduction aux notions d’astronomie, de météorologie, de géologie et de géographie.

• La naissance de la vie : biologie, botanique, habitats, animaux, et la vie « avant » (fossiles, évolution, extinction…). Utilisation d’une ligne du temps, et de l’évolution des microorganismes.

• La naissance de l’Homme : histoire, culture, évolution sociologique, inventions et découvertes. Utilisation d’une ligne du temps de l’Homme et des outils.

• L’histoire de l’ Ecriture : lecture, écriture, langage, structures grammaticales. Où l’on montre les symboles, les hiéroglyphes, les premiers alphabets, l’invention de l’imprimerie.

• L’histoire des Nombres (histoire des Mathématiques) : maths, nombres, géométrie, et « applications concrètes ».
Ainsi, « l’enfant parvient à une vision globale du savoir humain et choisit ses pôles d’intérêts en affinité avec ses propres fondements ».

H/ Les activités artistiques:
Les activités artistiques font aussi parties de la pédagogie Montessori.

Comme les arts plastiques et la musique pour faire goûter à l’enfant les joies du beau et de l’harmonie. Car « l’art est un chemin pour l’homme et il favorise un meilleur vivre ensemble »…

Les arts plastiques
L’éducation de la main est particulièrement importante, parce que la main est l’instrument d’expression de l’intelligence humaine: c’est l’organe de l’esprit.
La pratique artistique doit être nourrie, ouverte sur le monde, on y propose des outils à la création.

La peinture, le modelage, la sculpture, le dessin, le découpage, l’assemblage et tout autre manipulation vont permettre l’expression des sens, de développer l’activité motrice, et la motricité fine, par la manipulation, d’apprendre les couleurs en les pratiquant, d’apprendre l’histoire en regardant l’histoire de l’art.

L’objectif est qu’elles soient des activités quotidiennes, aussi naturelle que de prendre un livre et de s’installer pour lire. Ces activités sont organisées de manière à ce qu’elles soient à la portée de l’enfant, disponibles à la demande.

image assoc 4

LA PLACE DE L’ADULTE :

L’adulte est un relais entre le matériel pédagogique et l’enfant. C’est un « accompagnant », qui doit créer un environnement permettant à l’enfant de développer ses potentiels. Et lui laisser le temps de faire les choses lui-même.

L’éducateur Montessori guide l’enfant sur le chemin de l’autonomie, avec confiance, en ayant toujours à l’esprit que son attitude envers lui aura une influence durable dans sa vie future.

L’adulte apprend à observer avec patience et humilité. Grâce à cette observation fine des stades de développement et des périodes sensibles de chaque enfant, il fera des présentations de matériel individuelles et ciblées.

Lorsque l’éducateur montre à un enfant la manière de procéder, il le fait lentement, en se mettant à son niveau et en décortiquant bien chaque geste.

Il encourage l’enfant dans son désir de faire et refaire par lui-même. Son travail consiste à accompagner l’enfant, se mettre à son écoute et accueillir ses initiatives avec respect et bienveillance.

L’enfant découvre alors la satisfaction de travailler pour lui-même et selon son besoin individuel dans le respect de lui-même et des autres. L’adulte n’a plus à imposer, il peut être moteur et garder une force de proposition mais sa juste place se situe entre l’observation et la disponibilité.